L’overcloacking, vous en avez sans doute entendu parler, mais vous ignorez par où commencer. Petit guide explicatif pour comprendre les bases.

L’overcloacking permet d’augmenter la fréquence de son processeur ou de sa puce. Il peut être un moyen d’augmenter les performances d’une machine ou de le pratiquer comme une passion. En général, l’overcloacking concerne surtout l’augmentation de fréquence de son processeur, mais en contrepartie, il faudra bien gérer le refroidissement. Un processeur overclocké a une durée de vie plus faible qu’un CPU standard.

Les bases de l’overcloacking

La puissance d’un processeur se base sur sa fréquence de base et son coefficient. Il faut multiplier cette fréquence par le coefficient pour avoir la fréquence finale. Ainsi, un processeur de 266 MHz avec un coefficient de 10 va fonctionner à 2,6 GHz. Par commodité, les constructeurs et les médias utilisent la fréquence finale. Dans les anciennes générations de processeur, on pouvait augmenter à la fois la fréquence et le coefficient.

Et on avait des expériences quasi interdites où un processeur de 2,6 GHz pouvait atteindre du 4,2 GHz. Les constructeurs n’ont pas du tout aimé. Car si vous pouvez améliorer un processeur de moyen de gamme, alors qui achetait leurs processeurs haut de gamme. C’est pourquoi ils ont commencé à verrouiller les processeurs…, mais pas trop. C’est-à-dire que dans les CPU actuels, vous pouvez faire du pseudo-overcloacking. Vous pouviez augmenter la fréquence, mais pas le coefficient.

Et pour gagner plus d’argent, les constructeurs ont sorti deux variantes de leurs CPU, le terme « K » pour Intel et « X » pour AMD avec ses Ryzen. Même si les constructeurs ont limité l’overcloacking d’origine, ils ont énormément facilité le processus.

Overclocker sa carte graphique ?

Comme l’overcloacking concerne l’augmentation de fréquence, alors on peut théoriquement tout overclocker. Mais ce n’est pas recommandé. Actuellement, il est courant d’overclocker son CPU et sa carte graphique. L’overclocking sur la RAM est également possible, mais elle apporte peu de performance.

Vous avez également le Turbo Boost chez Intel qui est présent sur la plupart de ces processeurs depuis 2008 tels que les Core i3, Core i5, Core i7 et les Xeons. Cette fonctionnalité implique que la fréquence du CPU va augmenter automatiquement s’il y a des pics d’utilisation de la machine. AMD possède une fonctionnalité similaire appelée l’AMD Turbo Core. Donc, si vous prévoyez de faire l’overcloacking pour avoir des pics de performance, en général, votre CPU va s’en charger tout seul s’il est assez récent.

Ses premiers pas dans l’overcloacking

Nous n’allons pas faire un tutoriel sur l’overcloacking, car ce guide sert simplement à présenter le concept. Mais il a quelques aspects importants à prendre en compte. Même une augmentation de fréquence de quelques dizaines de MHz va augmenter la chaleur du CPU. Donc, avant toute chose, vous devez avoir un refroidissement digne de ce nom ainsi que des ventilateurs supplémentaires.

En général, pour des overcloackings, on recommande le Water Cooling ou un Ventirad qui soit taillé pour l’overclocking. Ensuite, l’overclocking se passe principalement sur le BIOS de la carte mère. Chaque fabricant possède sa propre technique d’Overclocking. Ainsi, chez Asus, vous pouvez avoir des options très complètes pour augmenter la fréquence, le voltage et régler vos ventilateurs.

En général, les cartes mères indiqueront si elles ont des fonctions d’Overclocking. Et si vous débutez, faites-le sur une machine secondaire. Vous ferez forcément des erreurs et ce n’est jamais une bonne idée de cramer son processeur parce qu’on est allé trop vite ou qu’on ignore ce qu’on fait.